//
vous lisez...
Critiques de livres

Quatre blondes de Candace Bushnell

quatre-blondes-40427Titre : Quatre blondes

Genre : Chick-Lit

Auteur : Candace Bushnell

Date de parution : 8 janvier 2003

Editions : Le Livre de Poche

L’histoire :

Elles sont quatre, comme les mousquetaires. Blondes, sophistiquées et sexy. Elles s’habillent chez les grands couturiers, courent les endroits à la mode, traquent dans la jet-set l’homme idéal, c’est-à-dire l’homme riche. Mais, au royaume du superficiel et de la silicone, l’amour-propre ne le reste jamais très longtemps…

Critique :

Moi qui pensais lire un roman, j’en ai en réalité lu 4 ! Car ce n’est pas une seule et même histoire dans laquelle on retrouve les aventures de quatre femmes blondes au milieu de la jet-set, des paillettes et du luxe, mais 4 histoires regroupées dans un seul et même livre. Ma première déception. Après avoir lu la quatrième de couverture, je m’attendais à lire le même style de livre que Sex and the City ou Lipstick Jungle que je venais de terminer. Ce n’est donc pas avec grand entrain que j’ai poursuivi et achevé ma lecture. Mais je suis tout de même allée au bout, car il n’est pas rare de lire des livres dont chaque histoire est clairement identifiée ; des récits courts, mais intéressants, qui nous amène parfois à nous dire  » dommage que l’auteur n’a pas poursuivi « . Dans ce cas présent, ce n’est malheureusement pas ce qu’il s’est passé, sauf pour la toute première histoire.

1- La vie facile : on retrouve ici une jeune femme blonde, Janey. Belle et ancienne top model, elle ne fait désormais plus grand chose de sa vie mis à part vouer une profonde admiration pour les Hamptons, le luxe et le sexe. Elle fréquente assidûment la jet-set, ses lieux branchés et ses riches et beaux hommes d’affaires ou célébrités. Elle aime se faire désirer, admirer et collectionne les hommes. Son but : passer ses étés dans une somptueuse demeure des Hamptons, aux frais de l’homme tombé entre ses griffes cette année-là. Le texte est fluide et ponctué de scènes de sexe. Au fil du temps, Janey va être bousculée dans ses habitudes et interrogée sur son avenir. Elle va alors commencer à se poser des questions sur sa vie aussi bien personnelle que professionnelle. Que va-t-elle devenir dans quelques années ? Quel métier pourrait-elle faire ? Devenir riche, belle et indépendante ; voilà son but.

2- Clairs-obscurs : bien évidemment une femme…blonde, Winnie Dieke et son mari James. On reste dans ce monde très fermé qu’est la jet-set, mais dans un registre différent. Les personnages sont moins sympathiques et on a du mal à s’identifier à eux et à se projeter dans l’histoire. Le style d’écriture est là aussi tout autre. Une certaine distance s’installe entre lecteur et personnages. Les scènes et le récit sont saccadés, c’est d’ailleurs ce qui m’a le plus dérangé. On du mal à se laisser porter. Notre couple chic et sophistiqué est également « coincé ». Les relations aux autres sont froides et distantes, mais elles le sont aussi au sein de l’intimité du couple. Elle est une femme forte qui tient les rennes de son couple comme elle tiendrait celles d’une entreprise et se montre irréprochable en toute circonstance. Lui est un homme désabusé par sa vie personnelle et qui manque cruellement de confiance alors que sa carrière, comme celle de sa femme, est au beau fixe. Le récit reste plat mis à part les petits passages torrides (mais brefs) qui pimente l’histoire. En conclusion, je préférais « La vie facile ».

3- Platine : on s’aventure dans un monde de débauche où notre héroïne, Cécélia, est une princesse dépressive et droguée. (pas très réjouissant me diriez-vous) Elle a pourtant tout pour être heureuse. La beauté, la jeunesse, un riche et séduisant mari (qui est prince de surcroît) et la célébrité. Sauf que cette vie la ronge et elle se laisse porter par elle sans en prendre le contrôle. Assister à des fêtes mondaines, aller à l’opéra, être prise en photo par des paparazzi…tout ceci ne l’amuse plus. Elle s’ennuie et déprime. Se cache. Et elle se sent délaissée par son mari. Bref, la vie de rêve devient un cauchemar. L’histoire est plaisante et rythmée. La lecture est fluide. Le seul bémol : l’auteur utilise des initiales pour caractériser bon nombre de ses personnages ; Docteur Q., D.W., Docteur K, sœurs S et bien d’autres. C’est déstabilisant et ça m’a malheureusement tiré plus d’une fois de mon ambiance. C’est le seul hic, car globalement j’ai apprécié.

4- Célibataires : l’auteur nous entraîne dans un autre registre, moins dramatique. Dans cette histoire, notre blonde va être embarquée à Londres pour faire un article sur les Anglais et leurs relations au sexe. Les descriptions et les comparaisons sont faites entre les New-Yorkais et les Londoniens. L’héroïne, fleur bleue, se désespère de trouver le grand amour et de se marier. Aucun New-Yorkais ne semble prêt à s’engager avec une femme. Elle s’envole donc vers la Grande-Bretagne où les Anglais sont tous en couple, mariés et pères. La dernière histoire aurait pu être sympathique si elle n’avait pas été aussi courte. (30 pages seulement). Bien qu’elle se lisait facilement, j’ai trouvé qu’on était resté en surface sans jamais s’immerger totalement dans le sujet. Déçue par cette dernière aventure.

En conclusion, deux histoires sur quatre m’ont plu (surtout une, la toute première, comme vous l’aurez deviné), mais le fait de terminer la lecture sur une mauvaise note me donne une mauvaise impression générale du roman. J’aime parfois fouiller dans ma bibliothèque et relire des livres ; je ne placerai malheureusement pas celui-ci dans cette pile.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Parution littéraire

Calendar Girl, T2 : février. Sortie le 02 février 2017

Meilleures ventes du moment

Sortie Cinéma

Cinquante nuances plus sombres, dans les salles à partir du 8 février.

Salon littéraire : Paris

Salon du Livre de Paris du 24 au 27 mars 2017

%d blogueurs aiment cette page :