//
vous lisez...
Actualités, Chroniques Livres, Critiques de livres, New Romance

Orageuse passion, de Sarah Morgan

orageuse passionTitre : Orageuse passion

Genre : Sentimental

Auteur : Sarah Morgan

Date de parution : 14 avril 2014

Nombre de pages :   140 pages

Editions : Harlequin

L’histoire par l’éditeur :

« Quelques années plus tôt, Jessie a vécu avec Silvio Brianza une passion explosive, avant que de tragiques événements ne mettent un terme brutal à leur histoire. Persuadée, à l’époque, que Silvio était indirectement responsable de la mort de son frère, Jessie a fui cet homme qu’elle aimait pourtant de tout son cœur. Mais aujourd’hui, son passé la rattrape : elle doit rembourser les dettes contractées par son frère auprès d’hommes peu fréquentables. Effrayée, et incapable de payer, Jessie a la stupeur de voir Silvio surgir de nouveau dans sa vie. Visiblement déterminé à la protéger, il ne lui laisse pas le choix : elle va devoir le suivre et vivre avec lui quelque temps. Acculée, Jessie accepte, pour se sentir aussitôt exposée à un autre danger : le désir fou qu’elle ressent toujours pour Silvio. »

Ma critique :

C’est l’été, et qui dit été, dit romans d’amour et histoires à l’eau de rose. Parfois, c’est bien de lire un bon livre sans se prendre la tête ; juste se laisser aller et dévorer les mots les uns après les autres. C’est ce que j’ai voulu avec cette lecture et je n’en suis pas déçue. La quatrième de couverture, en plus de nous laisser entrevoir une histoire d’amour, nous emporte dans une sombre histoire de dettes, de danger et de mort.

Une passion née au milieu du danger

Sarah Morgan nous fait débuter la lecture du roman dans un monde qui est loin d’être glamour. Habituée au luxe et à la richesse de mes personnages ces derniers-temps, j’ai été agréablement surprise de m’envoler vers des recoins sombres. Cela donne un côté authentique à l’histoire ; les personnages de fiction peuvent, eux aussi, vivre dans des lieux sordides et en passer par des moments difficiles de leur vie, non !? Jessie, diminutif de Jessica, est née, a vécu et vit toujours dans un des quartiers les plus durs et les plus dangereux de Londres. Elle ne vit pas ; elle survit. Depuis la mort de son frère, elle travaille dans un des lieux sordides de la ville comme chanteuse très sexy afin d’éponger les dettes de son défunt frère, et ainsi, éviter d’autres ennuis. Car les problèmes sont récurrents lorsque l’on vit dans ces bas quartiers, et s’en sortir devient alors extrêmement périlleux. Au milieu de cette noirceur naîtra pourtant un amour ; un amour de jeunesse, Silvio, qu’elle n’oubliera jamais, même si ce dernier est dangereux, qu’elle lui impute la responsabilité de la mort de son frère et qu’il l’a abandonnée durant plusieurs années, la laissant livrée à elle-même au milieu de délinquants, drogués et meurtriers.

Deux êtres qui se déchirent

Jessie est une jeune et belle femme qui ne se laisse pas faire si facilement. Vivre dans un monde cruel, elle le gère de son mieux et elle a su rester en vie jusqu’à présent. Sauf que les malfrats qui veulent récupérer l’argent que lui devait son frère lui mène la vie dure. Ils s’en prennent à elle un soir et c’est Silvio qui va lui sauver la vie, sa réputation faisant fuir ses agresseurs. Silvio n’est pas un tendre. Il est beau, fort et désormais riche (oui, fallait bien que ça arrive ici aussi), mais il s’est aussi battis une terrible réputation dans ces mauvais quartiers ; il y a grandi lui aussi. On le surnomme le Sicilien et bon nombre le craigne. Même s’il ne vit plus dans les quartiers noirs de Londres, dans son « nouveau monde », il sait aussi se faire remarquer et apprécier, même avec sa balafre qui lui traverse une partie du visage.

Un passé commun, cruel, où la vie ne leur a pas fait de cadeaux ; tout porte à croire que ces deux-là vont se jeter dans les bras l’un de l’autre. Pourtant non. D’anciens évènements compliquent les choses, des émotions contradictoires s’en mêlent ; leur relation est compliquée. On va la voir changer, évoluer, puis reculer au fil des pages. L’auteur s’amuse avec nos nerfs. J’ai apprécié…jusqu’à un certain point. La fin, j’en suis déçue. Trop plate et prévisible. On a trop tourné autour du pot. C’est dommage, car la majorité du livre est bien agencé. On ne s’ennuie pas un seul instant.

Pour conclure…

Une lecture agréable et fluide qui vous transporte d’un monde à l’autre. L’histoire est bien plus réfléchie que beaucoup d’autres romans sentimentaux. Une histoire qui me fait un peu penser à Pretty Woman.

Note de 7 sur 10

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Orageuse passion, de Sarah Morgan

  1. Ce n’est pas forcément mon genre de lecture mais pourquoi pas pour l’été ? 🙂

    Publié par Léa G. (Léa Touch Book) | 1 août 2014, 9:44

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Parution littéraire

Calendar Girl, T2 : février. Sortie le 02 février 2017

Meilleures ventes du moment

Sortie Cinéma

Cinquante nuances plus sombres, dans les salles à partir du 8 février.

Salon littéraire : Paris

Salon du Livre de Paris du 24 au 27 mars 2017

%d blogueurs aiment cette page :