//
vous lisez...
Actualités, Chroniques Livres, Critiques de livres, Fantastique et Fantasy

La femme sans peur, T1, de Jean-Philippe Touzeau

La femme sans peur, volume 1Titre : La femme sans peur, T1

Genre : Science-fiction

Auteur : Jean-Philippe Touzeau

Date de parution : 21 janvier 2013

Nombre de pages : 212 pages

Editions : CreateSpace Independent Publishing Platform

Nombre de tomes : 3


L’histoire, par l’éditeur :

« Imaginez une seconde que l’on vous propose de prendre une pilule et que cette pilule vous permette d’effacer, pendant 24 heures, toutes vos peurs et vos doutes. L’accepteriez-vous ? Une petite pilule blanche en échange d’une confiance en vous inébranlable, comme vous n’en avez jamais fait l’expérience. La prendriez-vous vraiment ? Et si, en plus, la personne qui vous l’offrait, était un chercheur réputé, travaillant pour l’un des plus grands laboratoires pharmaceutiques au monde ?

C’est à cette question que va devoir répondre Trinity Silverman, une jeune femme ayant tous les signes extérieurs d’une carrière à succès mais qui, intérieurement, est torturée, par justement, ces doutes et ces peurs venant de son enfance.

La décision que Trinity va prendre, l’entrainera dans une aventure inattendue, pleine de rebondissements à la recherche d’elle-même et, où ce qui parait être la réalité, ne l’est peut-être pas.

Plongez dans la saga de La femme sans peur. (20 000 exemplaires vendus !) Une aventure américano-italienne, saupoudrée de Nietzsche, de beaucoup de courage et d’un peu de folie ! »

Ma critique :

J’ai découvert ce livre sur Amazon ; il était classé dans le Top 100 des meilleures ventes durant de nombreuses semaines. La couverture du premier tome m’a tout de suite plu et quand j’ai lu la quatrième de couverture, je l’ai immédiatement acheté.

Une intrigue originale

A la lecture du résumé, j’étais à la fois perplexe et intriguée sur ce qui pouvait attendre le lecteur. J’avais du mal à imaginer une histoire et savoir dans quelle direction l’auteur allait nous faire prendre. Le cœur du roman ? Une mystérieuse pilule qui inhiberait nos peurs et nous laisserait ainsi entrevoir un avenir meilleur. L’idée est très bien pensée et sort de l’ordinaire. A la lecture de ces quelques phrases, on se pose néanmoins beaucoup d’interrogations ; peur de rien, ça veut dire quoi ? On va jouer les casse-cou, jouer avec notre vie (et peut-être la vie des autres), oser dire les choses…l’auteur peut nous emmener dans des directions tellement diverses que j’avais hâte de découvrir ce premier tome.

Trinity, un cobaye ?

Trinity est la narratrice et héroïne du roman. C’est une jeune femme douée et intelligente qui travaille pour un grand groupe dans le milieu de la finance et des devises. Bien qu’elle ait une brillante carrière, elle se sent mal dans sa peau et est effrayée par le monde, en général ; la peur de mal faire, celle de décevoir, la peur de l’inconnu, la peur des grandes conférences qu’elle donne pour Meta Forex… Sa mère la dévalorise et sa relation avec son petit ami n’est pas au beau fixe. J’avoue avoir eu un peu de mal à cerner le personnage. J’ai parfois trouvé ses peurs irrationnelles ou mal amenées dans le récit. Sans la pilule, elle osait faire des choses parfois difficiles et courageuses, pourtant, le simple fait de faire un jogging tôt le matin dans la ville de Las Vegas l’effrayait. J’ai soit mal compris, soit le sujet manque de précisions, d’historique ou de cadre.

Passé ces petits désagréments, on se laisse totalement mener par la plume de l’auteur et par l’intrigue. Trinity fait la connaissance d’un homme à l’hôtel où elle séjourne pour son travail. Cet homme, nommé Paul Davenport, lui parle alors de cette pilule quasi magique qu’il a mise au point et dont l’effet ne durerait qu’une journée. Trinity se laisse tenter et Paul va lui fournir un flacon de 6 ou 7 pilules seulement. De quoi les tester durant ses méga conférences qu’elle dirige, elle, seule face à des centaines de requins de la finance. Et ça va marcher.

Une cadence un peu lente…

Le rythme général de ce premier tome m’a déçu. Je m’attendais à plus d’actions, plus de retournements de situations. L’auteur nous narre la semaine de Trinity dans son hôtel de Las Vegas, ses conférences et ses rencontres. Les personnages secondaires sont peu nombreux, mais bien travaillés ; un m’a touchée en particulier : celui de la femme de ménage de l’hôtel, Christina, qui deviendra l’amie de Trinity. Malgré une histoire très intéressante, le texte manquait un peu de piquant.

…mais une fin renversante

Les dernières pages du roman sont tout simplement extraordinaires. Après une histoire parfois un peu lente, le dernier chapitre nous éveille et des questions se bousculent. L’héroïne ne comprend pas ce qui lui arrive, toutes ses convictions s’envolent et le lecteur se perd, mais de manière positive. Le chapitre final nous ouvre en grand la porte du suspens et d’une nouvelle aventure pour Trinity qui s’annonce riche en émotions et en rebondissements.

Pour conclure…

Un premier roman qui se lit tout seul et une histoire originale. Des personnages peu nombreux, mais attachants et une fin tout simplement explosive. Le prochain tome s’annonce pleins de surprises.

note 7

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “La femme sans peur, T1, de Jean-Philippe Touzeau

  1. J’avais beaucoup aimé aussi et puis c’est une lecture qui change un peu. Il faudrait que j’achète aussi le deuxième tome.

    Publié par enviedlyre | 27 décembre 2014, 11:40

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Parution littéraire

Calendar Girl, T2 : février. Sortie le 02 février 2017

Meilleures ventes du moment

Sortie Cinéma

Cinquante nuances plus sombres, dans les salles à partir du 8 février.

Salon littéraire : Paris

Salon du Livre de Paris du 24 au 27 mars 2017

%d blogueurs aiment cette page :