//
vous lisez...
Chroniques Livres, Critiques de livres, Fantastique et Fantasy, New Romance

The book of Ivy, d’Amy Engel

The book of IvyTitre : The book of Ivy

Genre : Dystopie / Romance

Auteur : Amy Engel

Date de parution : 05 mars 2015

Nombre de pages : 341 pages

Editions : Lumen

Nombre de tomes : –


L’histoire, par l’éditeur :

 

« Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ? À la suite d’une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s’est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s’est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l’unité du peuple. Cette année, mon tour est venu. Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L’objectif, c’est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu’un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu’un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu’en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l’enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? »

 

Ma critique :

 

J’ai été rapidement intriguée par ce nouveau roman des éditions Lumen. La couverture est percutante dans le genre romance dramatique, de même que le synopsis qui est accrocheur et qui nous laisse entrevoir une histoire d’amour passionnelle et tragique. Le tout dans un futur plus ou moins proche où le monde et la société telle qu’on la connait a bien changé…

Une dystopie envoûtante

Me voilà plongée dans une nouvelle dystopie, mais celle-ci diverge quelque peu de celles que l’on connait bien telles que Hunger Games ou Divergente. Dans The book of Ivy, le genre dramatique se mêle à la dystopie et à la romance. Une fusion qu’a réussi à merveille Amy Engel, l’auteur de ce roman qui, de plus, signe son tout premier avec The book of Ivy. Comme c’est la mode de nos jours, cette fiction dystopique nous relate les aventures d’une petite ville dont les habitants seraient parmi les rares survivants après une guerre nucléaire planétaire qui a fait des ravages. Une nouvelle ville, de nouvelles valeurs, de nouvelles règles ; Westfall est une ville entourée d’une barrière afin d’assurer une protection optimale à ses habitants de l’extérieur. Derrière ses barrières, on ne sait rien sauf qu’il y a un monde détruit par la guerre et dont quelques meurtriers, exclus et autres hors la loi règnent sans merci en essayant de survivre comme ils le peuvent. Cette fameuse barrière n’est pas sans rappeler l’immense mur protecteur dans Divergente. Bien que cela fasse écho, ça ne pose aucun problème, car l’auteur maîtrise son suspens et nous donne envie de poursuivre la lecture afin de découvrir ce qu’il y a en dehors de Westfall.

Le cœur de l’intrigue se porte toutefois au cœur de la ville et dans l’origine de sa création. Deux familles livrant bataille pour savoir laquelle des deux va régner sur cette nouvelle ville ; nous voilà repartis dans le passé avec ses monarchies, ses dictateurs et ses guerres de conquêtes. Il est intéressant de voir des éléments de notre passé être intégrés dans un possible futur. L’auteur reste sur une ligne directrice logique et tout à fait plausible. Dans ce futur, la famille Westfall a perdu le pouvoir, mais les deux peuples se sont unis (bon gré mal gré) et les descendants de chaque « camp » sont contraints de s’épouser afin que perdure la paix. Une situation qui, vous vous en doutez bien, est loin d’être optimale et d’enchanter tous le monde.

Des personnages attendrissants aux relations complexes

J’ai rapidement été conquise par notre héroïne, Ivy. Une jeune fille pleine de fougue, innocente et endoctrinée par son père pour renverser le pouvoir en place. Elle est attachante, car ses sentiments sont vrais et intenses et qu’elle va se révéler à elle-même au fil de l’histoire, se découvrir et s’épanouir comme jamais elle ne se l’aurait imaginé. Ivy est passionnée et ne supporte pas ces mariages arrangés ; pression et couples qui se déchirent, des maris violents qui revendiquent la propriété de leurs femmes. Cette société survit, mais en son sein elle va mal. Ca bouillonne comme une cocotte minute prête à exploser. On sent cette tension. Pourtant, Ivy va devoir se marier elle aussi. Et comme elle est la fille Westfall, elle devra épouser le fils de la famille rivale, Bishop Latimer. Sauf que ce mariage, elle s’y prépare depuis longtemps avec sa famille, car elle a une mission : tuer son mari afin de déclencher une révolution et permettre à son père de prendre les rênes de la ville, cette même ville que son grand-père avait créée.

En face d’Ivy, Bishop. Bishop Latimer fait partie de la famille « adverse ». Celle qui a obtenu le pouvoir sur la ville et qui a imposée ses nouvelles lois dont les mariages arrangés, mais aussi les exclusions. Ivy le déteste et pour tout dire, moi aussi. En tant que lectrice, je vois le monde à travers les yeux d’Ivy et ce qu’elle en dépeint n’est pas glamour. Pourtant, très vite après le mariage, les tensions vont s’affaiblir. On apprend à connaître Bishop et on lui découvre un cœur et une rage envers les dysfonctionnements de ce monde qu’on n’aurait jamais soupçonné. Bishop nous intrigue et nous bouleverse. Il m’a tout de même un peu manqué de puissance émotionnelle. J’aurais voulu que l’auteur nous immerge plus fortement dans les sentiments de Bishop.

La rencontre entre ses deux personnages est magique, troublante, renversante et tragique à la fois. Il ne se passe pas un instant sans que l’on se demande comment cela va se terminer entre eux deux. On est frustré autant qu’inquiet. On vit une relation bouleversante avec Ivy et Bishop.

Quant à la fin….comment dire, je n’arrive pas à trouver les mots. Je suis bouleversée, étonnée, frustrée et quand j’y repense, j’en ai limite les larmes aux yeux.

Pour conclure…

Un roman poignant qui vous prend aux tripes du début jusqu’à la fin. Le couple Ivy/Bishop est intense autant que retenu ; une confrontation d’idées et de sentiments complexe et intrigante qui va nous tenir en haleine jusqu’aux dernières lignes…ces dernières lignes qui j’espère, seront seulement celles d’un premier tome, car cette fin est exceptionnelle autant que déchirante.

 

note de 9

Livres qui pourraient vous intéresser :

la sélection, T1 La femme sans peur, volume 1 Cinder ici et maintenant

Publicités

Discussion

10 réflexions sur “The book of Ivy, d’Amy Engel

  1. Ce livre m’intrigue depuis sa sortie. Je vais le noter dans ma wishlist.

    Publié par Même les sorcières lisent | 3 avril 2015, 7:51
  2. Une très belle chronique ! J’ai beaucoup aimé ce livre. 🙂

    Publié par Parole de Lea | 1 avril 2015, 9:05
  3. Wow, après une telle chronique ça donne envie!! Je me méfie des couvertures un peu trop belle et dont les livres font beaucoup de bruit, mais le livre a eu l’air d’être à la hauteur de tes espérances 🙂

    Publié par latetedansleslivres | 30 mars 2015, 10:06
  4. je le vois partout en ce moment, ta critique me donne bien envie de le découvrir

    Publié par ladythat | 29 mars 2015, 9:21
  5. C’est un roman qui m’intrigue depuis très longtemps et j’en suis définitivement tombée amoureuse avec cette fabuleuse couverture. Pratiquement le jour de sa sortie, je me suis ruée à la librairie pour l’acheter maintenant il n’y a plus qu’à…..
    De plus avec ton avis, j’ai vraiment hâte de le découvrir par moi même. J’espère autant aimer que toi!

    Bonne lecture 😉

    Publié par Laura Darcy | 28 mars 2015, 9:32

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Bilan livresque : Mars 2015 | Le Monde Editorial - 1 avril 2015

  2. Pingback: L’épreuve, T3 : le remède mortel, de James Dashner | Le Monde Editorial - 31 mars 2015

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Parution littéraire

Calendar Girl, T2 : février. Sortie le 02 février 2017

Meilleures ventes du moment

Sortie Cinéma

Cinquante nuances plus sombres, dans les salles à partir du 8 février.

Salon littéraire : Paris

Salon du Livre de Paris du 24 au 27 mars 2017

%d blogueurs aiment cette page :