//
vous lisez...
Interview

Interview de Jane Devreaux : Sinder

La rubrique Interview permet de vous faire découvrir des auteurs de talents. Mais également des bloggeurs, éditeurs…en bref, tous ces beaux gens qui adorent, comme Le Monde Editorial, la littérature et ses trésors.

 

Jane Devreaux portraitAujourd’hui, nous découvrons Jane Devreaux, auteur de la saga new adult Sinder.

Petite biographie de l’auteur : Très jeune, Jane Devreaux, auteur de 34 ans, a commencé à écrire des histoires. Elle a fait ses études dans le domaine artistique qu’elle abandonnera ensuite pour se consacrer à l’écriture. Ce sont ses deux filles qui lui donneront la force nécessaire pour aller au bout de ses rêves ; de cette envie de se surpasser naîtra Sinder, sa première saga new adult.


Bonjour Jane et merci de m’accorder cette interview. Commençons par le commencement…pourquoi l’écriture ? Qu’est-ce qui vous pousse à coucher vos idées, vos histoires sur le papier ?

Rêver, m’évader c’est vraiment quelque chose de vital pour moi. Depuis très jeune, je m’invente des histoires pour passer le temps quand je m’ennuie, pour oublier quand tout va mal, c’est mon antidépresseur, mon somnifère 😉

Après, je n’éprouve pas vraiment le besoin de poser mes idées sur le papier, c’était plus pour m’en souvenir que je l’ai fait à la base et puis, quand les pages se sont accumulées, je me suis dit : pourquoi pas partager.

Vous souvenez-vous de la toute première histoire que vous avez écrite ?

Bien sûr, ces choses-là ça ne s’oublie pas ! J’avais 13 ans, c’était l’histoire d’une jeune orpheline qui courait après son passé, je crois qu’elle traine encore quelque part chez mes parents. Comme dans Sinder l’héroïne était quelqu’un de fort !

Sinder est votre première saga publiée ; quel a été votre parcours pour en arriver là ?

Je me suis remise à écrire à la naissance de mon deuxième enfant, il y a quatre ans. C’était une saga SF, j’en suis à sa cinquième version, mais elle ne me plait toujours pas, donc elle n’a encore jamais été lue. J’ai récemment eu l’idée d’une sixième version. Ensuite, je me suis lancée dans une saga fantastique, le premier tome a participé au tremplin Black Moon mais comme vous vous en doutez, il n’a pas été choisi. Je l’ai proposé à pas mal de maisons d’édition, sans succès. Entre temps, j’ai continué d’écrire, une nouvelle romance SF et Sinder. Sinder, je ne l’ai proposé qu’à 2 maisons d’édition, marre de l’attente interminable et des lettres types. Je ne me serais jamais autoéditée si je ne pensais pas qu’il y ait vraiment une place pour l’autoédition et je ne regrette rien, c’est vraiment une expérience incroyable.

Le titre et les couvertures sont-ils de vous ?

Oui, la première version s’appelait Jeu interdit, mais on trouve pas mal de titres dans le même style, alors j’ai fait quelque recherche en anglais. J’aime bien les mots à double sens. Pour la couverture, je voulais au départ trouver une image, mais j’ai vite renoncé, c’est un peu galère les droits d’auteurs quand on utilise le travail de quelqu’un d’autre. Par la suite, j’aimerais faire appel à un illustrateur, peut-être que plus tard vous aurez droit à de belles couvertures de Sinder.

Comment vous est venue l’idée de l’histoire de Sinder, cette jeune fille dure et froide autant qu’attachante ? Vous inspirez-vous de vos lectures ?

Ça date !!! Au lycée, une copine nous a sorti un jour que si elle avait une fille, elle l’appellerait Sandre. Je me suis dit : pauvre gosse !!! Et j’ai imaginé sa vie, son caractère, les raisons qui pouvaient pousser des parents à choisir un nom pareil. Et Sandre a vu le jour. À l’origine, elle avait une demi-sœur, mais je lui ai réglé son compte !! (Je plaisante, ça me semblait pas trop réaliste que sa mère ait fait deux fois la même erreur). Et puis, Josh et Sandre se sont rapprochés de nombreuses façons différentes. Que Josh puisse s’intéresser à Sandre ça me semblait plausible, mais pour briser la carapace de Sandre ça se corsait. Sans le sexe, je pense que ça aurait été long et ennuyeux !!! J’aime les personnages forts. Il faut nourrir l’imaginaire si on veut qu’il grandisse. Je lis irrégulièrement, par contre je regarde beaucoup de films et je suis une fan de série. Parfois, un simple détail me donne envie de réinventer toute l’histoire.

Le tome 2 est intense, chargé d’émotions. On attend avec impatience la suite des aventures de notre héroïne tourmentée ; où en est l’écriture du tome 3 ? Allez-vous faire perdurer le suspens en nous offrant également un tome 4 ?

Je pense pouvoir dire sans me tromper que le tome 3 sera tout aussi intense et Sandre sera plus tourmentée que jamais. J’ai terminé le premier jet et suis en train de le retravailler. La trame est prête, mais il manque encore pas mal de choses. Je vous rassure, vous aurez droit à un happy-end dans ce tome, mais je pense écrire plusieurs autres tomes avec des personnages secondaires. J’ai déjà des idées pour un tome avec Marcy et Steve, mais rien n’est encore écrit.

Après la saga Sinder, quels sont/seront vos projets ?

Ah, je pense que vous n’avez pas encore fini d’entendre parler de moi !!! Après Sinder, je pense reprendre une romance paranormale dont j’ai déjà écrit le premier jet et que j’affectionne particulièrement. J’ai aussi une autre romance New Adult que j’ai envie d’écrire, sans parler des sagas que j’ai déjà évoquées et que je compte bien retravailler et terminer, et toutes les autres idées que je n’ai pas encore eu le temps de poser sur le papier.

Merci encore, Jane, pour avoir accordé cette interview au Monde Editorial.


Sinder, T1 expérimentationRetrouvez Sinder, T1 : expérimentation.

« Une rumeur peut faire de vous quelqu’un de populaire, quelqu’un de dangereux. Une rumeur peut tout changer.
Ses yeux noirs trop grands et trop maquillés en ont déjà fait trembler plus d’un. On raconte que ses parents sont en prison, qu’elle a tabassé à mort un mec qui a osé se moquer de son prénom. Elle, c’est Sandre River.
Il est le beau rugbyman populaire. Celui qui sort avec la sublime et trop prude Marcy Cheparde, celui qui fait baver d’envie toutes les filles. Lui, c’est Josh Anderson.
Jamais, Sandre ne reconnaitra qu’il lui plait. Jamais, Josh n’avouera que ses hormones sont en ébullitions. Une seule provocation de Sandre va suffire à bouleverser leurs vies. « Tu veux un conseil, trouve-toi une fille, n’importe laquelle, vide tes bourses et remet la machine à penser en route. » « 


Sinder, T2 : attraction.Sinder, T2 attraction

« Josh a bouleversé sa vie. A cause de lui, elle va devoir se farcir la famille parfaite, à cause de lui tout le lycée la prend pour une fille facile, une pute, une briseuse de ménage…
Sandre a tout changé, elle l’a manipulé, elle s’est foutue de sa gueule. A cause d’elle, Marcy n’est plus l’unique, à cause d’elle, il est complètement déboussolé.
Ils voudraient s’éviter, mais ils n’arrêtent pas de se croiser. Comment vont-ils pouvoir se supporter ? »

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Parution littéraire

Calendar Girl, T2 : février. Sortie le 02 février 2017

Meilleures ventes du moment

Sortie Cinéma

Cinquante nuances plus sombres, dans les salles à partir du 8 février.

Salon littéraire : Paris

Salon du Livre de Paris du 24 au 27 mars 2017

%d blogueurs aiment cette page :