//
vous lisez...
Chroniques Livres, Critiques de livres, Fantastique et Fantasy

Une braise sous la cendre, T1 de Sabaa Tahir

Une braise sous la cendre T1Titre : Une braise sous la cendre, T1

Genre : Fantasy

Auteur : Sabaa Tahir

Date de parution : 15 octobre 2015

Nombre de pages : 528 pages

Editions : Pocket Jeunesse

Nombre de tomes : 2


L’histoire, par l’éditeur :

 

« Laia est une esclave.

Elias est un soldat.

Aucun d’entre eux n’est libre.

Sous l’Empire Martial, la défiance est synonyme de mort. Ceux qui ne dédient pas leur sang et leur corps à l’Empereur risquent l’exécution des personnes qu’ils aiment et la destruction de tout ce qui leur est cher.

C’est dans ce monde brutal, inspiré de la Rome ancienne, que Laia vit avec ses grands-parents et son frère aîné. Sa famille survit comme elle peut dans les allées sombres et pauvres de l’Empire. Ils ne défient pas l’Empire. Ils ont vu ce qui arrive à ceux qui osent le faire.

Mais quand le frère de Laia est arrêté pour trahison, Laia doit prendre une décision. En échange d’aider les rebelles qui ont promis de secourir son frère, elle doit risquer sa propre vie pour jouer les espionne à l’intérieur même de la plus grande académie militaire de l’Empire.

Là-bas, Laia rencontre Elias, le soldat le plus doué de l’école – et secrètement, le plus réticent. Elias ne veut qu’une chose : se libérer de la tyrannie qu’il se doit d’appliquer de par sa formation. Lui et Laia réalisent rapidement que leurs destinées sont étroitement liées, et que leurs choix pourraient bien changer le sort même de l’Empire. »

 

Ma critique :

Je suis tombée un peu par hasard sur ce roman ; j’ai lu une ou deux critiques et j’ai immédiatement été sous le charme. On nous parle d’empire, de soldats, d’esclaves, de magie, de trahison et d’amour. De quoi faire une histoire bien dosée en action et en rebondissements, vous en convenez.

Un monde fait de terreur, où deux êtres opposés se rencontrent

L’auteur a fait le choix de transcrire son histoire à travers deux personnages : Laia et Elias. Ce sont nos deux héros, ou nos deux martyrs, à vous d’en juger. D’un  côté, nous suivons la quête de Laia, jeune fille élevée au sein du peuple des Erudits autrefois libre, qui a été réduit en esclavage par l’empire Martial et ses soldats redoutables : les Mask. De l’autre, Elias, un jeune soldat en apprentissage au sein de l’académie militaire de l’Empire afin de devenir un Mask, un soldat puissant, rapide qui n’est attiré que par la force, le pouvoir et le sang. Les Mask sont redoutés par les Erudits ; ils savent que, lorsqu’ils croisent leur route, leurs vies ne tiennent souvent qu’à un fil.

Laia est une jeune fille innocente, recueillie par ses grands-parents après la mort de ses parents. Elle a également un frère aîné, Darin. C’est à cause de son frère que l’intrigue va débuter ; ce frère qu’elle croyait bien connaître et qui un jour, à cause de ses dessins, se voit être fait prisonnier par les Mask non sans que ces derniers aient tué leurs grands-parents. Laia réussit à s’échapper, mais la voilà seule. Elle est désormais sans famille et sans domicile, sa maison a été brûlée par les Mask qui ont réduit sa famille en cendre. Une chose va lui faire garder espoir : celui de retrouver son frère et de le libérer. Mais pour cela, il lui faut trouver le fief de la Résistance.

Elias est un jeune guerrier, fort et beau, qui a grandi au sein de l’académie, subissant la douleur, la faim, les combats, les châtiments…tout cela dans un seul but : devenir un Mask. Etre un Mask, c’est avant tout survivre à plusieurs d’années de formations inhumaines. Engagés dès leur plus jeune âge, cinq ans, ils vont être traités durement et sans émotions par l’académie militaire. Mort, sang, combat, guerre, douleur et aucune pitié…voilà tout ce qu’on leur enseigne. Elias est l’un deux et bientôt, son apprentissage sera terminé faisant de lui un véritable Mask. Pourtant, Elias est différent. Il éprouve des sentiments et de vives émotions lorsqu’il doit regarder les châtiments infligés à ses pairs ou lorsque l’un d’entre eux est tué pour avoir essayé de fuir. Il ne devrait pas. Les Mask n’éprouvent que de la haine, du dégoût et du mépris. Ils doivent se montrer sans pitié et sans compassion au risque de sortir du rang et de se voir tuer. Mais Elias ne peut pas faire autrement ; il déteste l’Empire et tout ce qu’il représente, il déteste l’attitude de ses compagnons et il déteste la Commandante, cette femme qui dirige d’une main de fer l’académie militaire.

Issus de deux peuples différents et de deux enseignements contradictoires, Laia et Elias vont finir par se rencontrer et une étincelle va se produire.

Un roman addictif et haletant

J’ai tout de suite été subjuguée par le récit d’Une Braise sous la cendre. Une intrigue grandiose où l’on se perd dans les multiples trajectoires que pourraient prendre l’histoire. Sabaa Tahir a créé un monde complexe, imposé des lois et des codes, a superposé le monde réel à un monde empreint de magie, a ajouté de la violence, de la haine et de l’amour, et a mixé le tout. Ce premier tome est explosif, le rythme est soutenu, une cadence infernale qui nous amène à tourner les pages du livre encore et encore. On en veut toujours plus. Un chapitre se termine, mais il faut qu’on sache immédiatement la suite. On est tour à tour en haleine, ému, énervé, excité, choqué, triste et stressé.

L’histoire démarre très vite. On s’interroge dès les premières pages sur les fameux dessins du frère de Darin. Que représentent-ils ? Pourquoi a-t-il été enfermé pour ça ? On n’a pas le temps de souffler qu’un autre rebondissement s’enchaîne. Le rythme n’en est que plus intense avec l’alternance des narrations. Que ce soit à travers les yeux de Laia ou ceux d’Elias, leurs vies n’est que torture, pression et fardeau. Je ne compte plus les nombres de fois où mes sourcils se sont relevés d’étonnements. S’il n’y a qu’un mot à retenir, c’est addictif !

Pour conclure…

J’ai dévoré ce premier tome d’Une Braise sous la cendre avec ardeur et passion. J’ai été prise par la spirale vertigineuse qu’est le destin de Laia et Elias. Ce monde que nous illustre à travers des mots justes Sabaa Tahir est froid et austère. Pourtant, une note d’espoir résonne à chaque fin de chapitre. A lire absolument ! 

note de 10

 

Livres qui pourraient vous intéresser :

La passe-miroir T2 les disparus de Clairdelune Fire sermon T1 Red queen The Revolution of Ivy T2 Le joyau T1

Publicités

Discussion

2 réflexions sur “Une braise sous la cendre, T1 de Sabaa Tahir

  1. J’ai trop envie de le découvrir ! Mais j’attends un peu d’être sûre que la suite sorte vraiment, j’en ai un peu marre de commencé des sagas qui ne sortiront jamais en entier en VF ! ^,^

    Publié par laeti1304 | 27 mars 2016, 10:08
  2. Ah il est dans ma PAL, il me tente beaucoup =)

    Publié par topobiblioteca | 11 février 2016, 10:31

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Parution littéraire

Calendar Girl, T2 : février. Sortie le 02 février 2017

Meilleures ventes du moment

Sortie Cinéma

Cinquante nuances plus sombres, dans les salles à partir du 8 février.

Salon littéraire : Paris

Salon du Livre de Paris du 24 au 27 mars 2017

%d blogueurs aiment cette page :